Béoogo Néere - Coopération Internationale Asbl

 » Ensemble pour demain « 

Belgique - Burkina Faso

2 – Le paludisme: un espoir avec l’artemisia

Une rencontre en Belgique va apporter aux membres de Béoogo Néere un autre regard sur des pistes de solutions pour lutter contre le paludisme.  A la fin de l’été 2019, peu avant d’entreprendre la 18ème mission, Gisèle Hernalsteens, Paul Calus et Claudy Mohy ont rencontré le docteur Roland Moens, chez lui, à Esneux, près de Liège. Depuis presque deux ans, après une rencontre avec un jeune médecin burkinabé, Alassane Kaboré, venu faire une spécialisation en cardiologie en Europe, Roland développe une culture d’artemisia à Thyou (à une centaine de km à l’ouest de Pissi) avec l’aide d’un groupe d’habitants du village. Cette plante est assez commune sous nos latitudes. Administrée sous forme de tisane, elle serait en mesure d’éliminer presque totalement de l’organisme humain, au bout de huit jours,  le plasmodium, responsable du paludisme.

 

 

Roland Moens a créé avec quelques amis une petite asbl pour se donner les moyens de développer son projet à Thyou: Artemisia Thyou Burkina Faso  asbl (http//:thyou.be).

Cette rencontre avec le Dr Roland Moens a suscité la curiosité des membres de Béoogo Néere Coopération Internationale et de nos amis burkinabés de l’ACPEA. Elle a fait l’objet de recherche d’informations plus amples, ce qui a permi de recueillir une vaste documentation (reportages, vidéos, articles, livres) et de se rendre compte que cette plante est utilisée avec succès depuis deux mille ans en Chine pour lutter contre le paludisme. Un de ses composants, l’artémisinine,  entre d’ailleurs dans la composition de bon nombre de médicaments antipaludéens proposés sur le marché. Il serait trop long de s’étendre sur les qualités de cette plante, d’en décrire le mode de culture, ses composants et ses usages. Nous vous conseillons vivement, pour en connaître plus, de lire l’ouvrage ci-contre:

ARTEMISIA une plante pour éradiquer le paludisme

LUCILE CORNET-VERNET 

avec Laurence Couquiaud

Collection Domaine du Possible chez ACTES SUD

 

Lors de la 18ème mission, le samedi 16 novembre 2019, nous avons voulu voir sur place ce qu’il en était exactement dans la perspective de mettre en place une expérience semblable à Pissi. Rendez-vous avait été pris avec les acteurs de ce projet à Thyou. Là, Julien Nébié, le directeur de l’école, et Isaka Kaboré, le responsable de la culture de l’artemisia, nous ont chaleureusement  accueillis.  Ils étaient accompagnés d’une délégation des autorités traditionnelles de ce gros village. Nous étions 9 à avoir fait le déplacement : Paul Calus, Gisèle Hernalsteens, Michel Douamaba,  Augustin Conseiga, Sébastien Sawadogo,  Adama Conseiga, le Dr Madibèlè Kam, Yoann Mohy et Claudy Mohy.  Tous ont été vivement intéressés par l’aspect prometteur de cette expérience en cours.

 

Nous avons pu voir la parcelle clôturée d’un quart d’hectare avec les plants d’artemisia en cours de croissance et obtenir tous les renseignements que nous souhaitions. Nous avons visité aussi le local de séchage ventilé où les feuilles de cette plante sèchent à l’abri des insectes et de la lumière trop vive du soleil.  Le but :  constituer un stock suffisant pour pouvoir subvenir aux besoins de la campagne scientifique de validation de la méthode de traitement du paludisme à base de tisane d’artemisia que le dr Roland Moens va mener sur 50 enfants pendant la 2ème quinzaine de janvier 2020, avec des instances compétentes burkinabés.

 

Les résultats de cette campagne intéressent BEEOGO NEERE – C.I. au plus haut point, ainsi que le docteur Kam qui connaissait déjà ce type de traitement. Sa fibre sociale tendrait à le favoriser car son faible coût permettrait de le mettre à la disposition de l’ensemble de la population. En effet, dans la mesure où la méthode de culture de cette plante est maîtrisée et où les informations correctes sur son utilisation dans un cadre thérapeutique sont  respectées, rien n’empêche chacun d’en cultiver quelques plants à proximité de la maison…

 

Défiler vers le haut